Près de 300 crimes violents à motivation politique liés à Corona

En ce qui concerne la pandémie corona, l'Office fédéral de la police criminelle (BKA) a enregistré près de 300 crimes violents à motivation politique dans tout le pays depuis mars.
Police avec masque facial, à propos de dts
Police avec masque facial, à propos de dts

Cela découle de la réponse du gouvernement fédéral à une demande de la gauche, dont fait état le "Neue Osnabrücker Zeitung". Les auteurs venaient à la fois du spectre droit et gauche.

Il s'agissait surtout d'attaques contre l'État et les institutions publiques (rupture de la paix), mais aussi des attaques contre des policiers (résistance et agression). Selon le gouvernement fédéral, cependant, le BKA n'a pas une vue d'ensemble avec les chiffres ventilés de la violence émanant des manifestations anti-corona du mouvement de «pensée latérale». Le gouvernement fédéral n'est pas en mesure de fournir la moindre preuve de la radicalisation croissante du mouvement observée par la protection de la constitution. La raison en est une particularité des statistiques parce qu'il n'y a «aucune terminologie nationale qui (...) pourrait être rapportée à l'échelle nationale» sur le sujet spécifique des manifestations contre les mesures de confinement de la couronne de l'État, écrit le ministère. Dans les statistiques des «Crimes à motivation politique de Kriminalpolizeilichen Meldingienst» (KPMD-PMK), les cas ne seraient notés qu'avec le terme «Corona» - puis affectés aux champs «gauche», «droite» et «ne peut pas être attribué». Ainsi, par exemple, les actes du mouvement de «pensée latérale» et des critiques des mesures de confinement de Corona entrent dans cette catégorie ainsi que les actes de contre-manifestants de gauche qui descendent dans la rue contre les événements de «pensée latérale». La politicienne interne de gauche Ulla Jelpke, qui en a fait la demande, a critiqué la NOZ: "La façon dont le gouvernement fédéral dérange sa réponse, il semble simplement dépassé par le phénomène des soi-disant penseurs latéraux." le BKA a enregistré 297 crimes violents dans tout le pays au sujet de la pandémie corona du début mars à la fin novembre. Selon le gouvernement fédéral, la plus grande partie des coupables à motivation politique, à savoir 160, a été affectée au spectre de gauche. 48 crimes ont été commis par des délinquants de la droite, 89 n'ont pu être attribués à aucun des deux domaines. Il s’agit d’une tentative d’homicide, de 82 lésions corporelles, de trois infractions liées aux explosifs, de 136 violations de la paix et de 65 actes violents de résistance. En outre, les statistiques ont enregistré 200 cas de dommages matériels de mars à fin novembre.

En outre, 277 crimes à motivation politique ont été utilisés sur Internet.