Les craintes de «Pain pour le monde» font irruption avec les collections de Noël

L'organisation d'aide évangélique "Pain pour le monde" craint une baisse des revenus des collectes au vu des offices de Noël annulés ou qui ont lieu dans les conditions Corona.
Pasteur catholique dans une messe, à propos de dts
Pasteur catholique dans une messe, à propos de dts

«Cette année, beaucoup moins de personnes assisteront à un service, et nous devons donc supposer que les collections seront nettement inférieures. C'est amer, d'autant plus que les tâches pour nous et nos partenaires dans les régions du projet seront particulièrement importantes dans l'année à venir », a déclaré la présidente de l'organisation humanitaire, Cornelia Füllkrug-Weitzel, de la« Neue Osnabrücker Zeitung ».

Traditionnellement, l'organisation de secours rassemble "la majorité des collections dans les services religieux la veille de Noël et les jours de Noël". Compte tenu de la pandémie corona, «Pain pour le monde» suppose que le besoin d'aide augmentera dans le monde entier. Füllkrug-Weitzel a déclaré: «La pandémie conduit à davantage de pauvreté. Le nombre de personnes qui meurent de faim est en augmentation. Au vu des conséquences dramatiques, nous sommes actuellement appelés à fournir davantage d'aide. »Si les revenus des dons devaient baisser de façon permanente, l'organisation humanitaire n'exclut pas des mesures de réduction des coûts. «Nous avons toujours veillé à ce que nos dépenses soient raisonnables et nos coûts administratifs réduits. S'il y a une baisse notable des fonds, nous vérifierons d'abord si nous pouvons travailler encore plus économiquement », a déclaré Füllkrug-Weitzel de la NOZ. Soutenir les plus pauvres et les plus vulnérables est la préoccupation la plus importante de l'organisation - «pour le moment, dans cette situation dramatique, nous ne devons pas la restreindre, mais l'étendre». Selon Füllkrug-Weitzel, il est trop tôt pour dire quoi que ce soit sur les dons pour toute l'année. "Un pronostic est difficile - nous serions très reconnaissants si nous nous rapprochions du résultat de notre année précédente malgré des conditions difficiles." Jusqu'à présent, aucune baisse de solidarité n'a été observée, au contraire: les dons sont non seulement restés stables jusqu'à présent, mais les donateurs ont même quelque chose plus de dons. Ils ont compris qu'un verrouillage frapperait particulièrement durement ceux qui n'avaient pas de sécurité sociale. "Peut-être pour la première fois après la Seconde Guerre mondiale, nous, en Europe, vivons également dans un sentiment de danger", a déclaré Füllkrug-Weitzel. La majorité de l'humanité, cependant, vit «toute sa vie face aux menaces existentielles - de la faim, des guerres, du changement climatique».