Le ministre des Transports envisage de nouvelles règles sur les drones

Le ministère fédéral des Transports élargit le financement des projets de drones et met en œuvre de nouvelles règles.
DHL
DHL

Cela ressort d'un article du ministère dont font état les journaux du groupe de médias Funke (éditions du mardi). Les fonds destinés aux subventions pour la recherche innovante dans le domaine de l'aviation sans pilote et des taxis aériens doivent être augmentés au cours de l'année à venir, de 7,8 millions d'euros actuellement à XNUMX millions d'euros.

«Les drones sont une énorme opportunité pour les municipalités, les entreprises et les start-up. Cela nous permet de transporter rapidement et proprement des colis ou des produits médicaux vitaux. Cela facilitera l'approvisionnement des zones rurales et des zones difficiles d'accès », a déclaré le ministre fédéral des Transports Andreas Scheuer (CSU) aux journaux de Funke. Avec ce financement, il veut s'assurer que «les drones deviendront un élément naturel des solutions logistiques innovantes au cours des prochaines années».

En Europe, Scheuer voit l'Allemagne comme un pionnier. Afin de garantir la sécurité des vols de drones, le gouvernement fédéral souhaite mettre en œuvre les nouvelles règles pour les opérateurs de drones décidées par la Commission européenne en Allemagne à partir du 31 décembre. La soi-disant «licence drone» est alors déjà obligatoire pour les drones d'un poids au décollage de 250 grammes. Auparavant, cela ne s'appliquait qu'aux personnes pesant plus de deux kilogrammes.

Les propriétaires de drones devront également s'inscrire s'ils pèsent plus de 250 grammes ou sont équipés d'une caméra ou d'autres capteurs. Cependant, la Luftfahrt Bundesamt (LBA) accorde une période de transition de quatre mois à cet effet, à condition que le nom et l'adresse de l'opérateur soient toujours attachés au drone sous forme d'autocollant. Cependant, les plus grands services de colis allemands sont prudents face à l'utilisation accrue des drones dans la logistique. "Je ne pense pas que la consommation d'énergie serait plus faible avec une livraison par drones", a déclaré Tobias Meyer, membre du conseil d'administration de Deutsche Post DHL pour la division poste et colis, les journaux Funke.

Ils préfèrent recourir à d'autres mesures de protection de l'environnement, comme les tricycles électriques, dont la Poste souhaite avoir 8.700 XNUMX unités en service d'ici la fin de l'année. La deuxième plus grande société allemande de livraison de colis, Hermes, n'est pas non plus convaincue d'une solution de drone opportune. «Nous considérons également que l'utilisation de drones est réaliste si des solutions économiques, opérationnelles et surtout évolutives émergent. Néanmoins, de notre point de vue, la livraison par drone dans tout le pays est encore loin », a déclaré un porte-parole aux journaux Funke.

Hermes n'a aucun projet de drone en cours.