Ministre de l'environnement: il y a un accord sur la protection du climat même sans les États-Unis

Peu avant les élections américaines et le retrait imminent des États-Unis de l'Accord de Paris, la ministre fédérale de l'Environnement Svenja Schulze (SPD) a clairement indiqué que l'engagement international en faveur de la protection du climat se poursuivrait sans la participation du gouvernement américain.
Svenja Schulze, à propos de dts
Svenja Schulze, à propos de dts

«Contrairement à ce que l'on aurait pu craindre il y a trois ans, le reste du monde ne s'est pas laissé infecter par l'administration Trump», a déclaré Schulze au «Rheinische Post». L'engagement mondial en faveur de l'accord de Paris sur la protection du climat reste «solide comme le roc».

L'année 2020 a montré que les États décisifs sont très attachés à ce qu'ils ont convenu à Paris. «La Chine a annoncé - après le sommet UE-Chine, soit dit en passant - qu'elle voulait devenir climatiquement neutre d'ici 2060. Le Japon et la Corée du Sud ont annoncé la neutralité climatique d'ici 2050 », a déclaré Schulze. Le monde est visiblement en mouvement en matière de protection du climat. L'Europe est à la pointe de ce mouvement, a déclaré le responsable politique du SPD. «Pour les États-Unis, il s'agira de savoir s'ils sont laissés pour compte de ce développement», a déclaré Schulze et a fait campagne pour que les États-Unis reviennent dans l'accord: «Ceux qui sortent peuvent rentrer. La dynamique économique loin du charbon et vers l'électricité du vent et du soleil est si forte que même l'administration Trump n'a pas été en mesure de l'arrêter. »Schulze a salué les efforts des États américains. «Cela continuera comme ça, car en dessous du niveau fédéral, l'engagement en faveur de la protection du climat et de l'innovation est très fort dans de nombreux États américains. Mais bien sûr, j'aimerais que le gouvernement américain redevienne un allié dans la restructuration écologique de l'économie mondiale », a déclaré Schulze. Le 4 novembre, les États-Unis ont officiellement quitté l'Accord de Paris sur le changement climatique, un jour après l'élection présidentielle américaine. Le président sortant Donald Trump a annoncé le retrait des États-Unis de l'accord le 1er juin 2017.